add share buttons

Parole de Citoyen : Sérigne Bassirou Seck « Monsieur le Président de la République… »

Entre respect de la constitution et le coût élevé de l’élection présidentielle qu’est-ce qui vous préoccupe le plus ?
D’abord, n’aviez-vous pas promis de faire un mandat de 5 ans ? Cette promesse, bien qu’elle ait surpris plus d’un, suscitait tout de même beaucoup d’espoir. Cet espoir était d’autant plus permis que vous aviez une majorité à l’Assemblée nationale. Il vous étiez donc loisible de vous appuyer sur cette majorité pour respecter votre engagement. Cependant vous avez préféré vous cacher derrière une supposée volonté de respecter la Constitution pour justifier le non-respect de ce vous aviez convenu avec le peuple sénégalais.
S’agissant de ce respect de la Constitution, cette dernière ne reconnait – elle pas à l’Opposition le droit de s’opposer à la politique du Gouvernement ? ne garantit – elle pas à tous les citoyens des libertés fondamentales telles que la liberté d’expression et la liberté de manifestation ?
Voilà Monsieur le Président autant de libertés fondamentales garanties par la Constitution que vous avez décidé sciemment de fouler au pied. Ainsi il va sans dire que le respect de la Constitution ne vous a jamais préoccupé. Il est clairement patent que vous ne l’invoquer malheureusement que lorsque ça vous arrange.
Ensuite, vous parlez du coût exorbitant de l’élection mais vous faites semblant d’ignorer que le parrainage risque d’augmenter le coût de l’élection dans la mesure où vous allez devoir d’abord imprimer les fiches pour les signatures avant d’imprimer les bulletins des élections.
Si vous vouliez vraiment réduire le coût de l’élection, vous auriez pu opter pour le bulletin unique comme en Guinée ; et dire qu’on n’a pas encore cette maturité, c’est encore nous insulter.
Monsieur le Président, nul besoin de vous rappeler que vous n’aviez obtenu que 49% lors des dernières élections ; et les sondages que vous avez fait réaliser vous ont certainement éclairé sur les intentions de vote des sénégalais qui ne jouent pas en votre faveur. Donc même si vous brandissez l’argument selon lequel la loi sur le parrainage entre dans le cadre de la rationalisation des candidats aux élections, on ne peut s’empêcher de croire que vous avez des intentions inavouées.
Enfin, la grandeur d’un homme politique doit lui dicter le respect des règles démocratiques du jeu de la démocratie établies démocratiquement. Il est inadmissible et limite malhonnête de vouloir changer de cette manière les règles du jeu.
Vous invitant à revenir sur cette décision malheureuse pour notre démocratie, je vous prie d’agréer Monsieur le Président de la République, l’expression de ma considération distinguée.
Serigne Bassirou SECK

oeildakar

redaction@oeildakar.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *