Enquête ; Serigne Mboup et le pétrole du Sénégal : les liens incestueux

0 9 201

Quand j’ai fini de lire le livre de Xavier Harel , journaliste d’investigation dans le pétrole africain : « Afrique pillage à huis clos » j’ai compris que tout ce qu’il a décrit comme mécanisme de spoliation du pétrole , en République du Congo, a fini d’être reproduit totalement au Sénégal. Dans son livre, il explique comment une poignée d’initiés siphonne le petrole des pays d’Afrique. Il y décortique aussi le montage nébuleux des contrats pétroliers et gaziers qui sont similaires aux contrats de ventes d’armes, ou la règle doit être l’opacité. En parcourant les contrats pétroliers et gaziers sur le site de l’itie Sénégal , il est extrêmement rare de dénicher un qui ne soit pas une kyrielle de montage de sociétés basées dans les paradis fiscaux . Malgré que cela soit une violation flagrante du code pétrolier sénégalais, notamment en son article 8 , qui stipule la communication des noms et adresses des membres fondateurs des sociétés en formation obligatoire . Il est quasi impossible de connaître les propriétaires des entreprises qui sont souvent domiciliées dans des îles vierges, et qui respectent peu ou prou les normes de l’OMC et par ricochet du droit des sociétés. Il faut savoir que la règle au sein des multinationales qui opèrent au Sénégal, c’est justement le montage de sociétés qui cachent sciemment les noms et adresses des associés. Cela n’est guère surprenant, parce que souvent les initiés sont membres des sociétés ou des conseils d’administration comme le cas de Serigne Mboub au niveau de Trace Atlantique Oil, ou comme Aliou Sall , dans PETROTIM. Certes , ils sont tous les deux les gerants des bureaux de représentation des multinationales au Sénégal , condition sine qua non afin d’obtenir les permis d’exploration, conformément au code pétrolier. Mais là ou le bât blesse, c’est quand des fonctionnaires de l’état du Sénégal, sensés défendre les intérêts du peuple , s’allient aux multinationales pour spolier les ressources naturelles. il faut remonter en 2004 , du temps ou Serigne MBOUP, était le directeur de Petrosen , et qui a coïncidé avec la date de l’obtention du premier permis d’exploration concédé à HUNT OIL. On pourrait croire que ce sont ces connexions qui ont permis à Serigne Mboup, d’être le représentant de la société Trace Atlantique Oil qui détient le puit de pétrole Djifféré Offshore Profond En effet, des renseignements nous indiquent que FAR LIMITED pour soutenir l’initié Serigne Mboup à acquis soixante quinze pour cent du capital de TRACE ATLANTIQUE OIL, traversant une situation financière difficile. Ces liaisons dangereuses entre FAR LIMITED et Serigne MBOUP, sont au cœur d’une enquête que nous menons depuis un certain temps au niveau de notre association Article 25 . . Serigne Mboup , qui a passé plus de sept années au niveau de Petrosen, a eu le temps de tisser des liens avec des multinationales affairant dans le pétrole , ainsi il est membre de plusieurs conseils d’administrations de sociétés pétrolières internationales nous dit-on comme administrateur indépendant depuis 2010. Serigne Mboup , porte aujourd’hui le véritable nom d’initié , que qualifie le journaliste d’investigation Xavier Harel, dans son livre. il détient les secrets de l’etat , connait comme son petit doigt la moindre parcelle de puits avec ses teneurs, ses études, ses potentialités , etc … Et en tant qu’initié il siège dans les conseils d’administration des multinationales qui siphonnent notre pétrole. Gageons qu’il ne siège pas dans ces conseils à titre bénévole. En sa qualité d’initié , il est en collision avec les multinationales, au même moment ou il est payé par le contribuable sénégalais. Si en 2018 , il est à la tête de la SAR , ce n’est pas pour services rendus au peuple sénégalais, mais c’est bien parce qu’il défend les intérêts de d’autres initiés tapis dans les plus hautes sphères de l’état. Le conflit d’intérêt est manifeste , et les sénégalais ont de sérieux soucis à se faire , si ceux qui sont sensés défendre leurs intérêts , sont ceux qui sont au service des multinationales. Serigne Mboup, n’est aujourd’hui que la face visible de l’iceberg, mais les initiés sont au coeur de l’état du Sénégal , telle une mafia qui suce de façon éhontée les ressources naturelles du pays en toute impunité sous l’onction de Macky Sall, qui lui même pourrait être l’initié en chef … CHEIKH AHMED TIDIANE SALL coordinateur commission pétrole et gaz Article 25

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.