add share buttons

Guédiawaye-Lutte pour la préservation de la bande des filaos: Contre le bradage des 7km du littoral

Le Collectif pour la préservation et l’aménagement du littoral de Guédiawaye n’entend pas se plier à la volonté de leur maire, Aliou Sall, qui estime devoir y développer, entre autres projets, un Institut islamique, une salle de spectacle. Amadou Kourouma, coordonnateur et Abdou Karim Diallo membre dudit collectif, ont fustigé l’attitude du maire et de ses collaborateurs.

 

Le collectif pour la préservation et l’aménagement du littoral de Guédiawaye regroupant des Groupements d’intérêt économique (Gie) évoluant dans le maraîchage au nombre de 300 membres, des mouvements de lutte pour la préservation de l’environnement, s’insurgent contre les projets de leur maire, Aliou Sall. Ce dernier entend s’approprier les 7 km de forêt classée largement dominée par la bande de filaos pour développer, entre autres projets, un Institut islamique, une salle d’spectacle.

 

Amadou Kourouma, coordonnateur et Abdou Karim Diallo, membre dudit collectif étaient dans nos murs hier, lundi 1 er août, pour fustiger ce qu’ils qualifient de manœuvre politicienne dont le seul but est de brader cette bande de filaos aux privés. Selon eux, «cette bande de filaos joue un rôle très important dans la fixation des dunes, la lutte contre l’avancée  de la mer, la protection contre les vents, l’amélioration de la qualité de l’air pour la sécurité de l’écosystème de la région de Dakar». Par conséquent, «Nous sommes foncièrement contre cette volonté du maire. Car, l’avidité foncière du pouvoir exécutif de la municipalité ne saurait mettre en danger la vie des habitants des quartiers du littoral Nord couvrant la Cité des enseignants,  les HAmo 1, 2, 3, 4, 5, 6 et la cité Gadaye», ont-ils soutenu.

 

Le coordonnateur de préciser: «Nous avons adressé une correspondance au chef de l’Etat Macky Sall, ainsi qu’aux autorités étatiques de la région de Dakar (gouverneur, préfet…) pour que cette forêt classée de Guédiawaye ne soit pas détruite au profit d’un quelconque projet. Car, il y va de la survie des populations de Dakar en général et de Guédiawaye en particulier». Et de soutenir: «Entre 2004 et 2016 quelques 700 mètres de plages ont été engloutis par la mer», a-t-il dit. Tout en poursuivant : «Le 18 juin dernier, nous avions organisé un sit-in pour marquer notre désaccord au choix du maire. Nous préparons une randonnée et une marche pour sensibiliser les gouvernants et gouvernés de l’importance de la préservation et de la conservation du littoral de Guédiawaye», a-t-il expliqué.

 

A sa suite, Abdou Karim Diallo dira: «La pertinence de ce choix ne se justifie pas. Car, dans le passé une partie de cet espace de 7 km avait été réservée pour la construction de deux cimetières (musulmane et catholique). Des projets qui avaient même démarré, mais qui ont été vite arrêtés et rangés dans les tiroirs», regrette-il.

oeildakar.com

oeildakar

redaction@oeildakar.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *